Left Menu
Partager : 

La remontée du dollar se répercute indéniablement sur l’économie marocaine

Remontée dollar repercussions sur économie marocaine

L’économie mondiale s’engage actuellement dans un nouveau tournant suite à la remontée fulgurante du dollar face aux autres devises étrangères, dont le Dirham marocain. Il faut dire que le cours de ce dernier dépend du panier monétaire composé du dollar et de l’euro. Les répercussions sont nettement visibles au niveau des divers opérateurs économiques, étant donné que ses impacts sur la dette extérieure ne peuvent être qu’anodins.

Fortement poussé par des indicateurs encourageants, le dollar américain a pris le dessus sur les monnaies étrangères depuis quelque temps. En début de ce mois, les devises des pays émergents ont été plus particulièrement touchées.

Le Dirham, notamment, ne fait pas figure d’exception suite à sa baisse depuis le mois de mai dernier. À noter que depuis janvier, la parité EUR/MAD a régressé tandis que celle USD/MAD est en progression.

Cette dépréciation monétaire marocaine pénalise les importateurs des biens et services libellés en dollar, mais favorise en revanche les acteurs dans l’exportation. Quant à la dette extérieure publique du Royaume, dont la majorité a été contractée en euro, la situation actuelle pourrait n’y avoir qu’un impact minime.

Une hausse flagrante du coût des importations

Une dépêche de l’AFP a annoncé le 6 septembre dernier, l’appréciation de plus en plus évidente du dollar face aux monnaies étrangères. La première semaine de ce mois a été même le théâtre d’une forte dépréciation au niveau des nations émergentes, notamment les pays asiatiques, l’Indonésie l’Argentine, l’Afrique du Sud et la Russie, les condamnant à une inéluctable inflation. D’après cette source :

« La roupie indonésienne navigue à un niveau proche de celui de la crise des devises asiatiques de la fin des années 1990, le rand sud-africain et le rouble russe sont au plus bas depuis deux ans tandis que la livre turque et le peso argentin, particulièrement touchés en août, n'ont pas vraiment repris du poil de la bête ».

Face à la remontée du dollar, la monnaie marocaine s’est notablement dépréciée depuis mai, pour se retrouver à 9,42 dirhams pour un dollar au 6 septembre 2018 (contre 9,32 dirhams en début de l’année). Soit une appréciation de 1,07% de la parité USD/MAD depuis janvier.

La répercussion de cette situation sur les importateurs et les exportateurs de marchandises libellées en dollar est irréfutable. Les premiers, qui représentent plus du quart de ces opérateurs (41% à fin 2016 d’après l’Office des changes), voient leurs affaires pénalisées. Les seconds, représentant 30% des opérateurs, se sentent en revanche favorisés par le recul du dirham.

À savoir que les produits importés par le Maroc sont essentiellement :

  • Des produits pétroliers (28% des opérations) ;
  • Des biens manufacturés (le sucre brut ou raffiné, le gaz de pétrole et divers autres hydrocarbures, du soufre, les avions ainsi que d’autres moyens de transport spatiaux) ;
  • Du blé.

Quant aux exportations du pays facturées en euro, les phosphates et leurs dérivés constituent près des deux tiers des opérations à savoir 65,1%.

La hausse du dollar vis-à-vis de la dette marocaine

Les indicateurs américains jouent un rôle important dans la consolidation du dollar. Ce renforcement permettrait à la Réserve fédérale du pays de maintenir le redressement des taux d’intérêt. D’un autre côté, pour bien comprendre la variation du cours du dirham, il faut savoir que celui-ci dépend de la progression ou de la régression du panier de monnaie composé à 60% d’euro et à 40% de dollar.

À titre d’information, la parité EUR/USD a reculé de 4,13% par rapport au début de l’année avec 1,16 dollar pour un euro au 6 septembre dernier. La parité EUR/MAD affiche également la même tendance avec 10,95 dirhams pour un euro, soit une baisse de 2,58%. Cette dépréciation de l’euro promet d’alléger le service de la dette extérieure, étant donné que la majorité de celle-ci est contractée en cette devise (61,1% contre 27,8% seulement en dollar). De quoi conclure que l’impact de la conjoncture actuelle sera moins important sur l’endettement du pays.

Et vous, quels taux pour votre projet prenez rdv pour
une simulation personnalisée

Meilleur taux du marché fixe

4,30 % sur
15 ans
Taux excellent - Juin 2018, selon profil et projet

Agence Meilleurtaux à Casablanca

05 22 43 00 07
192 Boulevard Zerktouni
Angle rue Moussa Ibnou Noussair
20060 Casablanca
Du lundi au vendredi de 9h à 19h
Le samedi de 10h à 13h
Simulez

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

back top