Left Menu
Partager : 

L’émission des stratégies monétaires du Maroc auprès des banques fait l’objet d’une étude

934292932

La transmission des décisions de politique monétaire marocaine aux établissements financiers du pays a été analysée par Bank Al-Maghrib qui vient tout récemment de publier son nouveau document de recherche. Cinq grandes banques ont été mises en examen pour l’évaluation de leurs données trimestrielles. Les résultats ont révélé une nette hétérogénéité étant donné que le « pass-through » dépend de certains paramètres, tant structurels que conjoncturels.

Édité sous le titre « Pass-through du taux d’intérêt au Maroc : Enseignements à partir de l’enquête trimestrielle sur les taux débiteurs », le récent document élaboré par Bank Al-Maghrib portant sur la proactivité des banques du pays à appliquer les stratégies de politique monétaire sur leurs taux d’intérêt de détail a récemment vu le jour.

Dans le cadre de son analyse, BAM a pris en compte les résultats des enquêtes trimestrielles sur les taux débiteurs de cinq enseignes, dont les actifs représentent plus de 80% du système bancaire du Royaume chérifien. Les périodes considérées étant du deuxième trimestre de 2006 au deuxième trimestre de 2017.

Une transmission tributaire à plusieurs facteurs

Avant d’aller plus en avant dans l’analyse du « pass-through » vers les taux débiteurs, il convient de revoir son fonctionnement. En théorie, ce dernier varie selon l’évolution des conditions monétaires ainsi que de l’agencement des taux d’intérêt. À cet effet, une éventuelle constriction mène inévitablement à l’accroissement de ces derniers.

Cette hypothèse s’avère quelque peu incomplète dans la réalité marocaine. Quelques expériences ont en effet révélé que les contextes conjoncturels et structurels jouent un rôle important dans cette transmission. Ainsi, cette dernière est tributaire du segment du marché bancaire et des performances des établissements financiers du pays. À noter que l’ajustement des taux débiteurs peut durer entre un et sept mois.

S’ajoutant à ces facteurs, d’autres éléments déterminants sont aussi à tenir compte dans le mécanisme, entre autres :

  • La gouvernance ;
  • Le niveau d’inflation et le dynamisme économique ;
  • La profondeur des marchés interbancaire et monétaire ;
  • L’évolution du régime de change ;
  • La concentration du secteur bancaire ;
  • La croissance du marché financier ;
  • Le cadre institutionnel et réglementaire ;
  • Le niveau d’inclusion financière.

La transmission s’accompagne d’une nette disparité

Une hétérogénéité significative a été constatée sur le plan institutionnel. Si la transmission est plus importante pour les crédits accordés aux entreprises marocaines, elle l’est beaucoup moins pour ceux contractés par les entrepreneurs, voire les emprunteurs particuliers.

Par ailleurs, les prêts à l’équipement ou à l’habitat bénéficient d’un traitement particulièrement souple, en ce qui concerne les intérêts proposés. À noter que le financement au logement requiert une préalable comparaison des offres existant sur le marché bancaire, du moins une simulation crédit immobilier, si l’emprunteur veut profiter d’un taux intéressant.

Il faut croire qu’au Maroc, l’aptitude des organismes prêteurs à jauger les risques et la force de persuasion des emprunteurs en matière de négociation y sont pour beaucoup dans le « pass-through ». À cela s’ajoutent les caractéristiques des banques qui peuvent également avoir une grande influence.

Archives

  • Janvier
Et vous, quels taux pour votre projet prenez rdv pour
une simulation personnalisée

Meilleur taux du marché fixe

4,30 % sur
15 ans
Taux excellent - Juin 2018, selon profil et projet

Agence Meilleurtaux à Casablanca

05 22 43 00 07
192 Boulevard Zerktouni
Angle rue Moussa Ibnou Noussair
20060 Casablanca
Du lundi au vendredi de 9h à 19h
Le samedi de 10h à 13h
Simulez

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

back top