Left Menu
Partager : 

La croissance du marché marocain des crédits cache des points négatifs

Croissance marché marocain crédits

Pour le système bancaire marocain, le premier semestre 2018 semble se porter à merveille si l’on croit la croissance du marché des crédits. Mais en y regardant de près, CDMC (Crédit du Maroc Capital) est parvenu à déceler certaines failles. Cette progression cacherait, en effet, des points négatifs qui se sont traduits en résultats mitigés pour l’ensemble du secteur.

Afin d’établir un bilan sur l’état de santé du secteur bancaire marocain, Crédit du Maroc Capital s’est concentré sur les performances des principaux établissements financiers du Royaume en ce qui concerne le marché des crédits. Il en est ressorti que ce domaine est plutôt mal en point entre janvier et juin 2018.

La progression significative de cette activité serait, en effet, accompagnée par de nombreux indices la ramenant dans ce sens. Ce serait bien le cas pour les créances en souffrance ou le taux de couverture ou encore la liquidité des banques qui se sont retrouvées dans une situation quelque peu embarrassante.

Des résultats mitigés étaient au rendez-vous

Pour le système bancaire marocain, des résultats mitigés étaient au rendez-vous durant le premier semestre de 2018.

Il suffit de se référer aux taux de contentieux des crédits pour s’en rendre compte. Après des baisses consécutives qui se sont effectuées depuis un certain temps, ce domaine a adopté une tendance haussière. Ainsi, durant les six premiers mois de l’année dernière, il a enregistré une croissance de 9,4% si ce rapport était à 7,9% en 2017.

La hausse de 16,2% de l’encours des créances en souffrance en serait le facteur si l’on croit les analyses de Crédit du Maroc Capital.

Par effet mécanique, cet accroissement s’est répercuté sur les taux de couverture qui ont perdu 781 points de base par rapport à la période de janvier à juin 2017 en affichant 62,7% contre 70,5%.

Le marché des crédits poursuit sa croissance

D’après Crédit du Maroc Capital, les résultats mitigés enregistrés au premier semestre 2018 sont étroitement liés au marché des crédits qui poursuit inlassablement sa croissance. Pour preuve, il a enregistré une hausse de 812,5 milliards de dirhams durant cette période. Tout cela, grâce à un accroissement significatif dans tous les segments. Soit respectivement :

  • 1,8% et 4% pour le crédit immobilier et le prêt à la consommation ;
  • 3,3% et 1,6% pour les prêts à l’équipement et les offres d’emprunts allouées aux promoteurs immobiliers.

Mais il faut croire que l’augmentation de la circulation fiduciaire et la chute des réserves internationales nettes ont aussi beaucoup affaibli les établissements financiers en creusant à hauteur de 60 milliards de dirhams leur déficit budgétaire. Le fait est qu’ils se sont essentiellement concentrés sur des activités peu rentables si l’on croit le CDMC :

« La contraction continue des taux des marges d’intérêt conduise les banques à privilégier les ressources non rémunérées et proposer à la clientèle des taux de rémunération des dépôts à terme assez bas ».

Et afin de rectifier le tir, ces derniers ont changé de stratégie en rabaissant de 9,5% leur portefeuille d’investissement afin d’accroître de 5,5% leur portefeuille de transaction en misant principalement sur des Bons de trésor. Résultat, l’encours de leur portefeuille-titre a augmenté de 284,7 milliards de dirhams suite à une amélioration de 1,6%.

Archives

Et vous, quels taux pour votre projet prenez rdv pour
une simulation personnalisée

Meilleur taux du marché fixe

4,30 % sur
15 ans
Taux excellent - Juin 2018, selon profil et projet

Agence Meilleurtaux à Casablanca

05 22 43 00 07
192 Boulevard Zerktouni
Angle rue Moussa Ibnou Noussair
20060 Casablanca
Du lundi au vendredi de 9h à 19h
Le samedi de 10h à 13h
Simulez

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

back top