Left Menu
Partager : 

La hausse de contentialité incite les banques marocaines à limiter les crédits

Hausse contentialité banques marocaines

Pour le système bancaire marocain, l’année 2018 a été essentiellement marquée par une croissance exponentielle de l’activité crédit qui s’est accompagnée de résultats fortement mitigés. Ce qui a incité bon nombre d’établissements financiers à changer de stratégie en enclenchant une légère décélération du rythme qui s’est poursuivie en novembre.

Le marché du crédit figure parmi les outils privilégiés des banques marocaines leur permettant de séduire le maximum de clients. Ce qui s’est d’ailleurs traduit par une remontée significative de cette activité durant les six premiers mois de l’année dernière. Il faut cependant admettre que cette croissance s’est accompagnée de différents points négatifs engendrant une baisse significative de la performance du secteur.

Pour remonter la pente, les établissements financiers ont alors décidé de modifier de stratégie en limitant la progression des emprunts qui s’est traduite par une baisse de son rythme annuel en novembre dernier, si l’on croit les données publiées par Bank-AL-Maghrib.

La croissance du crédit a pénalisé les banques marocaines

D’après une enquête initiée par Crédit du Maroc Capital (CDMC), le secteur bancaire du Maroc s’est retrouvé dans une mauvaise posture durant le premier semestre de l’année dernière. Selon les analyses de cet organisme, le marché de crédits en serait la source principale en enregistrant une hausse de 812,5 milliards de dirhams sur cette période.

En effet, cette croissance a pénalisé les banques marocaines en engendrant une remontée de 16,2% des créances en souffrance pour ensuite enclencher un rebond de 9,4% du taux de contentieux. Parallèlement, le taux de couverture s’est retrouvé à 62,7% s’il était à 70,5% en 2017 sur la même période. Et en matière de liquidité, le déficit s’est également accru à hauteur de 60 milliards de dirhams.

Les banques changent de stratégie

Il faut croire que les résultats mitigés du premier semestre 2018 ont obligé les banques à changer de stratégie. Et puisque la croissance des offres de prêts en est le facteur majeur, elles ont commencé à y imposer certaines limites que les clients sont obligés d’effectuer une simulation crédit s’ils veulent découvrir les propositions les plus pertinentes.

Ainsi, le rythme annuel de cette activité a chuté de 1,2% en novembre dernier si l’on se réfère aux indicateurs clés des statistiques monétaires publiées par Bank-AL-Maghrib. Et tout semble indiquer cette tendance s’est principalement opérée auprès de certains secteurs :

  • 1,1% pour les prêts à l’équipement ;
  • 5,5% pour les crédits à la consommation ;
  • 2,3% pour les emprunts aux sociétés non financières publiques ;
  • 0,3% pour les concours aux entreprises privées.

Toutefois, une hausse respective de 3,6% et de 2,1% a été enregistrée en ce qui concerne les prêts alloués aux ménages et aux concours immobiliers.

Et afin de rattraper leur déficit budgétaire, ces opérateurs financiers ont également renforcé 5,5% leur portefeuille de transaction à hauteur de 168,8 milliards de dirhams et ont réduit de 9,5% à 26 milliards de dirhams leur budget destiné aux investissements pour optimiser l’encours de leurs portefeuilles-titres qui s’est élevé à 287,7 milliards de dirhams.

Archives

Et vous, quels taux pour votre projet prenez rdv pour
une simulation personnalisée

Meilleur taux du marché fixe

4,30 % sur
15 ans
Taux excellent - Juin 2018, selon profil et projet

Agence Meilleurtaux à Casablanca

05 22 43 00 07
192 Boulevard Zerktouni
Angle rue Moussa Ibnou Noussair
20060 Casablanca
Du lundi au vendredi de 9h à 19h
Le samedi de 10h à 13h
Simulez

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

back top