Left Menu
Partager : 

Un soutien aux TPME de la part du gouvernement au Maroc

Renforcement soutien tpme gouvernement marocain

Pour les très petites, petites et moyennes entreprises marocaines, cette année s’annonce plutôt bien puisque le gouvernement vient de réaffirmer son soutien à ces dernières en apportant quelques changements significatifs dans le secteur du microcrédit. En effet, un nouveau projet de loi vient d’être adopté afin de répondre au mieux à leurs besoins en matière de financement.

La loi n° 18.97 régissant le microcrédit n’est plus. Elle a été récemment remplacée par le dispositif n° 85.18. Ce qui signifie que les deux principales mesures préconisées par le ministre de l’Économie et des Finances, Mohamed Benchaâboun lors de la présentation du PLF 2019 (projet de Loi de finances) vont entrer en vigueur.

Désormais le souhait des TPME de profiter des conditions optimales qui leur permettraient d’assurer leur croissance et leur pérennité est exaucé. Il se trouve, en effet, que leur accès aux financements a été optimisé, ne serait-ce que d’énumérer le montant maximum des crédits alloués qui a été revu à la hausse.

2019 marquera le début d’une ère nouvelle pour les TPME

Pour les très petites, petites et moyennes entreprises, 2019 marquera le début d’une ère nouvelle en ce qui concerne leur accès aux financements. Le gouvernement marocain a, en effet, décidé d’œuvrer dans ce sens afin de les aider à se développer.

Ainsi, par le biais de la Chambre des représentants, il a mis en place le dispositif n° 85.18 que le Conseil supérieur des oulémas devrait bientôt consulter pour en étudier la conformité. Et si tout va dans le bon sens, cette loi sera mise en vigueur cette année même, si l’on croit le ministère de l’Économie et des Finances.

En procédant de cette manière, l’exécutif renforce son soutien aux TPME. Et pour y parvenir, il travaille de concert avec Bank-Al-Maghrib, la Banque centrale afin d’établir les meilleures stratégies. Dans cette optique, ces deux intervenants comptent :

  • Fixer les ressources nécessaires et en programmer une partie dans le budget de l’État (l’autre partie devant être mobilisée auprès des bailleurs de fonds internationaux) ;
  • Définir l’architecture financière et technique de chaque mécanisme sur un horizon de plusieurs années ;
  • Suivre les réalisations de tous les mécanismes et réviser leur mode de fonctionnement.

Le microcrédit comme levier

En proposant la loi n° 85.18, l’objectif principal du gouvernement marocain est de répondre aux demandes de financement des TPME en misant sur les offres de crédit Maroc. Dans ce domaine, il a fait du microcrédit son atout principal afin de permettre à tous les entrepreneurs d’obtenir les fonds nécessaires pour le développement de leurs activités. Ainsi, via ce dispositif, il a apporté deux nouvelles mesures.

À commencer par le seuil maximal des montants des prêts qui devraient s’élever à 150 000 dirhams contre 50 000 dirhams. Au directeur général de la Caisse centrale de garantie (CCG), Hicham Serghini d’expliquer le but principal de ce changement :

Le fait de rehausser le plafond du microcrédit permet de mettre à la disposition des PME un véhicule plus adapté. C’est, en effet, toute la portée du changement du texte de loi puisqu’il permet de densifier l’offre de financement au profit des TPE.

Hicham Serghini

L’État rajoutera par la suite 10 nouveaux mécanismes de garantie qui viendront renforcer les deux couvertures actuelles qui n’assurent que le financement de l’investissement et de l’exploitation. Et d’après Hicham Serghini, cette résolution est conçue pour :

Assurer une meilleure lisibilité de l’offre et l’amélioration de l’accès des TPME à ces produits en simplifiant les procédures.

Hicham Serghini

À noter que ces dispositions viendront s’ajouter à celles concoctées par la Caisse centrale de garantie. Entre autres :

  • L’augmentation du plafond de garantie au profit des entreprises évoluant dans les secteurs dits « prioritaires et capitalistiques », qui passe de 10 à 20 millions de dirhams par opération et de 20 à 40 millions de dirhams par entreprise ;
  • La refonte globale du mécanisme de cofinancement (CCG-banques) ;
  • Le lancement d’un fonds de garantie pour faciliter l’accès aux produits du financement participatif.

Archives

Et vous, quels taux pour votre projet prenez rdv pour
une simulation personnalisée

Meilleur taux du marché fixe

4,30 % sur
15 ans
Taux excellent - Juin 2018, selon profil et projet

Agence Meilleurtaux à Casablanca

05 22 43 00 07
192 Boulevard Zerktouni
Angle rue Moussa Ibnou Noussair
20060 Casablanca
Du lundi au vendredi de 9h à 19h
Le samedi de 10h à 13h
Simulez

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

back top